Agriculture, Circuits courts. L’agglo Lens-Liévin détaille son plan d’actions

La politique agricole & alimentaire de l’Agglo Lens-Liévin

La CALL conjugue des secteurs fortement urbanisés, accueillant un bassin de population important, et des espaces ruraux préservés, siège d’une activité agricole dynamique :

• 43%* du territoire occupé par l’agriculture, bénéficiant de l’excellente qualité des sols ;
• 23% * des exploitations pratiquent les circuits courts (plus que la moyenne régionale) ;
• Développement du bio en cours, plus de 70ha* bio/en conversion ;
• Plusieurs initiatives engagées pour rapprocher producteurs/consommateurs, AMAP, points de vente de produits locaux…
•Des projets portés par les communes pour développer les réseaux alimentaires de proximité et favoriser la réappropriation de l’alimentation par les habitants.

Pour autant, l’agriculture locale doit faire face à de nombreux enjeux, économiques (maintien de l’emploi et des exploitations), environnementaux (protection de la ressource en eau, des sols, de la biodiversité) et fonciers (préservation des terres agricoles).

Réunis en conférence de presse avec leurs partenaires locaux (Confédération paysanne , l’ADEARN),  Sylvain Robert, le président de la Call et ses vice-présidents; Jean-François Caron, Dominique Robillart et Jean-Pierre Blancart ont détaillé le programme d’action en faveur de l’agriculture et des circuits court à l’échelle du territoire.

Afin d’apporter une réponse à ces enjeux et offrir de nouvelles opportunités pour le territoire, la CALL a décidé d’engager en 2017 la mise en œuvre d’une politique de développement de l’agriculture périrubaine et d’un réseau alimentaire de proximité.
Celle-ci vise plusieurs objectifs :
• Structurer un réseau alimentaire d’échelle d’agglomération, favorisant le développement économique, l’emploi local et l’insertion ;
• Permettre l’accès à une alimentation de qualité pour tous, favorisant le lien social et améliorant l’éducation alimentaire et la santé ;
• Développer une agriculture qui concourt à la protection de l’environnement et à l’aménagement du territoire.

 

Cette politique s’appuiera sur l’ensemble des acteurs, monde agricole, opérateurs économiques, partenaires institutionnels, associations, habitants.

Plusieurs déclinaisons de cette politique, dotée d’une 1ère enveloppe de 130 000€, seront mises en œuvre dès 2017 :
• La promotion de l’agriculture et de l’alimentation durable via la participation à l’organisation de la 3ème Fête paysanne le dimanche 24 septembre à Loos-en-Gohelle, qui marquera le lancement de la démarche,
• Le soutien aux actions innovantes portées par les acteurs locaux ;
• La mise en place dès l’automne 2017 d’une mission d’animation pour la définition d’un système alimentaire territorial, regroupant l’ensemble des acteurs.

 

L’objectif de ce dernier projet sera d’instaurer une véritable gouvernance sur les questions agricoles et alimentaires.
Plusieurs actions pourront être imaginées dans ce cadre, exemples :

• Mutualiser la commande publique de restauration collective pour favoriser l’approvisionnement local/bio,
•  Créer des équipements structurants pour le développement d’un réseau alimentaire de proximité (ex : réseaux de légumeries, de cuisines centrales…)
• Définir des dispositifs d’accompagnement des agriculteurs et porteurs de projet en conversion/installation sur des filières en circuits courts/bio,
• Mettre en place des projets-pilotes (lieux de vente collectifs, ferme multiservicielle…) à développer par exemple en centralité d’agglomération,
• Développer des programmes de sensibilisation et d’éducation alimentaire auprès des habitants.

 

* : données Recensement Général Agricole 2010 ; Agence Bio


La Confédération paysanne

est, depuis 1987, un acteur majeur du syndicalisme agricole français qui porte des valeurs de solidarité et de partage. Le projet pour une agriculture paysanne qu’elle défend avec constance depuis sa création est cohérent et global. Il intègre pleinement les dimensions sociales, agronomiques et environnementales dans la production agricole. C’est une alternative réaliste à un modèle d’agriculture industrielle qui élimine trop de paysans et de structures agricoles diversifées.

L’ADEARN
regroupe les paysans, paysannes et acteurs du milieu rural désireux de s’engager au service de l’Agriculture Paysanne : «Pour des Paysans nombreux, dans une campagne vivante ». Depuis 2012, l’ADEARN développe un projet autour des semences paysannes avec la création d’une micro- lière «du blé au pain» en région Nord-Pas de Calais et Picardie.