5 communes, 2 agglos : Le Parc des berges de la Souchez

Ce lundi 28 mai, c’est à Loison-sous-Lens, près de l’étang communal, que les élus ont officiellement lancés les travaux des Berges de la Souchez.

300 hectares de parc longeront le canal de la Souchez, d’ici juillet 2019, sur les communes de Noyelles-sous-Lens, Loison-sous-Lens, Harnes, Fouquières-lez-Lens et Courrières.
Sylvain Robert, président de la Communauté d’Agglomération Lens-Liévin, Christophe Pilch, président de la Communauté d’Agglomération Hénin-Carvin et maire de Courrières, Alain Roger, Daniel Kruska et Philippe Duquesnoy, respectivement maire de Noyelles-sous-Lens, Loison-sous-Lens et Harnes, au coté de Salvatore Castiglione, vice-président de la Région Hauts-de-France, ont lancé la première phase des aménagements prévus sur ces communes. La deuxième phase arrivera dans le futur sur les terrils de Fouquières-lez-Lens. »Preuve de l’importance de ce projet, la présence, lors de ce lancement, des nombreux élus des deux agglomérations », exprimSylvain Robert.

 

Un investissement de plus de 5 millions d’euros

« Les habitants, les familles, nos visiteurs sont demandeurs de balades à vélo ou de randos. De plus en plus s’adonnent à la photographie des paysages, à l’observation de la faune, de la flore. Sur certains sites délaissés, le paysagiste Michel Desvigne y a vu du potentiel, qu’au premier abord je ne voyais pas à ce niveau de détail », sourit Christophe Pilch, président de la CAHC.
Les communes ont ainsi travaillés ensemble, avec le concours du paysagiste , à la mise en place d’une gouvernance commune en vue de permettre la réalisation du projet de Parc Souchez Aval et ont déposé en 2015 avec le concours de la CALL un dossier de subvention auprès du FEDER.

« Ce projet répond à l’Axe 4 du Feder en Hauts-de-France (cf. Axe 4 : Accroître la capacité du territoire à s’adapter aux changements, tout en améliorant son attractivité et sa visibilité), ce qui a permis d’obtenir cette subvention de l’Union Européenne à hauteur de 1,7 millions d’euros« , souligne Salvatore Castiglione, vice-président de la région Hauts-de-France, qui a par ailleurs financé le projet à hauteur de 1,7 millions d’euros, au titre du PRADET (Politique Régionale d’Aménagement et d’Equilibre des Territoires).

L’agglo Lens-Liévin participe également au financement du projet à hauteur de 37 % sur les études et 42,43 % sur le reste à charge après déduction faite des subventions. Les autres financeurs sont la Communauté d’Agglomération d’Hénin Carvin, les communes concernées et le Pôle Métropolitain qui finance toute la conception et la fabrication de la signalétique du parc.

 

 

Des aménagements pour les habitants et le tourisme.

Plusieurs travaux seront engagés d’ici juillet 2019 :

  • Le long de la voie d’eau (10 kilomètres de Loison-sous-Lens à Courrières) un grand linéaire sera aménagé.
  • Le terril de Noyelles-sous-Lens deviendra un vrai stade de trail avec des parcours qui seront disposés sur le terril, des pontons ou encore des toboggans.
  • La Galance sera mise en valeur par la création d’un jardin d’eau.
  • L’étang du brochet Harnésiens disposera de belvédères. Ils permettront d’admirer l’étang dans son intégralité.
  • La passerelle bleue de Harnes sera réhabilitée et ré-ouvrira aux piétons et cyclistes.
  • À Loison-sous-Lens, la gare sera reliée au quai de Loison et son ponton en passant par la base de plein air.
  • Courrières verra ses quais réaménagés et la confluence entre la Souchez et la Deûle faire peau neuve.

« L’une des ambition de la CALL est de développer l’économie touristique. En voici, l’une des premières concrétisations », affirme Sylvain Robert. « Avec l’arrivée du Louvre-Lens, le tourisme autour du musée se doit d’être diversifié : faire un tour au musée, au Lens 14-18, puis à Lorette, Vimy, pour le tourisme de mémoire. Avec ce parc de 300 hectares et son canal, de nouvelles possibilités de balades s’offrent à nous tous, à nos familles, à nos visiteurs. En plus du Parc des Cytises de Bénifontaine ou des Glissoires à Avion. »

Un parc intégré à la Chaîne des Parcs.

La Chaîne des parcs constitue, au sein de la trame verte et bleue du Bassin minier, un vaste réseau d’espaces naturels habités sublimant le passé minier et offrant de nouveaux usages. Mais la métamorphose, pour devenir tangible, exige un formidable travail de recomposition et de mise en cohérence des projets existants ou en émergence. Cette ambition cadre pleinement avec les propos de Michel Desvigne, architecte paysagiste, qui parle alors du passage d’un « archipel noir à un archipel vert ».

Sous l’impulsion d’Euralens, 7 grands parcs, dont celui des berges de la Souchez, ont été identifés sur les agglos de Lens-Liévin, Hénin-Carvin et Béthune Bruay Artois Lys Romane, et ces grands espaces doivent être reliés les uns aux autres par des connexions vertes. La vocation de ces sites a été définie dans le cadre du label Euralens : Ils constitueront des aires de pratiques récréatives pour un bassin de population dense et disposant de relativement peu de sites de naturels. Ce seront des lieux de préservation et de la biodiversité, ainsi que d’éducation à l’environnement. Sur ces zones protégées, les monuments naturels, notamment les terrils, seront valorisés. Enfin, ces poumons verts doivent contribuer à étoffer la destination touristique autour du LouvreLens sur le plan des pratiques sportives et de découverte du patrimoine naturel issu de l’activité minière.