Budget primitif 2019

Lundi 19 mars, la Communauté d’agglomération de Lens-Liévin a adopté son budget primitif pour l’année 2019 dans un contexte très contraignant; réforme de la fiscalité locale à travers la loi de programmation des finances publiques et le contrat dit de Cahors.

 

Cette année, la masse budgétaire s’élève à 298 millions d’euros. Intégrant le budget principal et les budgets annexes (action économique, eau, assainissement, développement numérique, crématorium), le budget se présente en deux parties : le fonctionnement et l’investissement.

Le fonctionnement correspond aux services à la population : collecte des déchets, parc des cytises, soutien aux clusters économiques, soutien aux grandes manifestations sportives et culturelles, les salaires des agents de la collectivité…

Quant à la section investissement, c’est la part de budget consacré à préparer l’avenir du territoire et de ses habitants : nouveaux équipements (Louvre Lens Vallée), achats de biens immobiliers, grands travaux tels que l’extension et la modernisation des parcs d’activités économiques, l’entretien du réseau d’eau et d’assainissement, la lutte contre les inondations, la chaîne des parcs …

Pour Sylvain Robert, président de la CALL, c’est un budget résolument offensif qui a été adopté par les élus communautaires. « En affectant prés de 100 millions d’euros à l’investissement réel, il s’agit d’un budget tourné essentiellement vers la création d’emploi; emplois industriels, emplois de service et emplois liés au tourisme et à l’attractivité. »
Reconnu comme acteur incontournable et essentiel du développement local, l’agglomération se donne définitivement les moyens de réaliser son projet de territoire.

 


L’essentiel

Masse budgétaire
298 millions d’euros

dont 188 au budget principal, 46 au budget action économique, 35 au budget assainissement, 28 au budget eau, 1,6 au budget crématorium, 1,4 au budget développement numérique et 0,25 au budget port fluvial

Dépenses de fonctionnement
165,3 millions d’euros
dont 95 millions de dépenses réelles générées par l’exercice des compétences communautaires

Dépenses d’investissement
133 millions d’euros dont 97 millions de dépenses réelles.
Concernant les recettes, les taux d’imposition ne subissent aucune augmentation et sont donc maintenus à leur niveau de 2018.

Épargne brute
19,5 millions d’euros
soit 17% des recettes de fonctionnement

Capacité de désendettement
9 ans. Le seuil fixé par l’Etat est de 12 ans