Les 250 000 œuvres du Louvre seront abritées à Liévin. Début du chantier

La première pierre du Centre de conservation du Louvre, qui abritera les réserves du musée parisien, a été posée ce matin à Liévin par Sylvain Robert, président de la Communauté d’agglomération de Lens-Liévin, Laurent Duporge, maire de Liévin et vice-Président du Département, Xavier Bertrand, président de la Région Hauts-de-France, Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre et Marie Lavandier, Directrice du Louvre-Lens. Cet événement marque le début d’un chantier qui s’achèvera à l’été 2019, sous la maîtrise d’oeuvre des architectes Rogers Stirk Harbour + Partners.

 

Cet équipement d’étude et de recherche, l’un des plus importants en Europe, participera notamment au rayonnement scientifique de la France.

Environ 250 000 œuvres, actuellement conservées dans plus de 60 réserves différentes au sein du palais du Louvre et à l’extérieur, y seront transférées. C’est un lieu de travail ayant vocation à recevoir des partenaires (professionnels des musées, restaurateurs, photographes,…), des chercheurs et des universitaires, dans le cadre de consultation d’œuvres, de parcours de formation ou de programme de recherche.Cet équipement d’étude et de recherche – l’un des plus importants d’Europe – permettra de consolider les synergies liées à la création du Louvre-Lens, de conforter l’ancrage du Louvre dans le bassin minier et de renforcer l’attractivité du territoire.

Le Louvre et la Région souhaitent ainsi faire du Centre de conservation du Louvre un acteur de dynamique culturelle et économique, en développant des partenariats avec les nombreux musées de la région et en favorisant le développement de formations et d’activités liées à la gestion de collections, grâce à des partenariats de coopération scientifique et culturelle avec les universités des Hauts-de-France et des organismes de formation continue comme l’Institut National du Patrimoine (INP).
Le Centre de conservation du Louvre, outre sa mission première de conservation des collections nationales, pourra aussi héberger les œuvres de pays menacés par les conflits. Ce rôle de refuge sera assuré à la demande des États, dans le respect du droit international, de manière à pouvoir les restituer à l’issue du conflit.

Un budget financé grâce à la mobilisation de tous les acteurs.

Le budget d’opération est estimé à 60 M€ toutes dépenses confondues hors foncier dont 42 M€ pour la construction. Si l’État en finance la majorité, un grand nombre d’acteurs se sont mobilisés pour compléter le financement.

 

La répartition des contributions est la suivante : 33,1 M€ pour le Louvre (qui proviennent en grande partie du prochain versement au titre de l’utilisation du nom du Louvre par le Louvre Abu Dhabi), 18 M€ pour l’Union européenne (FEDER), 5 M€ pour la Région Hauts-de-France et 2,5 M€ pour le ministère de la Culture et de la communication. Le Louvre mobilisera du mécénat à hauteur de 1,4 M€. Rappelons que la Communauté d’agglomération Lens-Liévin contribue également au projet à hauteur de 2,6 M€.M

Autour du musée du Louvre-Lens, dont la Communauté d’agglomération de Lens-Liévin est heureuse et fière de fêter cette année le cinquième anniversaire, se dessine sur les communes de Liévin et de Lens, un ensemble cohérent, majestueux et innovant dédié à l’Art, à la connaissance, à la recherche et au numérique culturel.

Le Louvre-Lens a changé en profondeur l’image du territoire et su ouvrir la culture à un public qui en est parfois éloigné. C’est pourquoi la Communauté d’agglomération contribue au financement du Centre de conservation du Louvre, un équipement d’excellence à l’architecture remarquable qui participera au rayonnement scientifique de la France et du territoire en Europe et dans le monde. Ainsi s’ouvre aujourd’hui un nouveau chapitre pour le Louvre et l’agglomération de Lens-Liévin.

Sylvain Robert
Président de l’Agglomération Lens-Liévin

 

A Liévin, sur le site d’implantation du centre de conservation du Louvre