2500 TRAILERS À L'ÉPREUVE DES POILUS

L'AGGLO LENS-LIÉVIN CONFIRME SON STATUT DE GRAND TERRAIN DE JEU

La 7e édition du Trail des Poilus se déroule les 10 et 11 mars

Jacky Clément et son équipe de bénévoles ont concocté un parcours 2018 plein de surprises, plaçant une fois de plus cet événement au firmament des courses nature au niveau régional.

Les 2500 participants en prennent plein les yeux et courent bien évidemment sur les traces des combattants de 14-18. Le sport vecteur de développement touristique ? Il s’agit d’une évidence au regard de la notoriété du Trail des Poilus. Car les participants affluent en nombre et pour plusieurs jours. Gîtes, aires de camping-cars, chambre d’hôtes…

Les retombées pour le territoire ne sont pas neutres pour l’économie locale.

Cet engouement s’explique aisément. En effet, il s’agit dans conteste d’un des plus belles manifestations sportives de notre région. Le Trail des Poilus attire des coureurs de toute la France mais aussi des pays limitrophes et il se compose de plusieurs courses, un 17, un 30 et une épreuve phare de 62 km !

Le 62 km permet d’ailleurs pour les « finishers » de glaner 2 précieux points en vue d’une qualification pour des compétitions aussi prestigieuses que l’Ultra Trail du Mont-Blanc, connu sous l’acronyme UTMB.

Le trail représente une discipline en vogue, il s’agit de courir dans des secteurs naturels où l’homme n’a que peu marquer le paysage. Bois, sentiers, vallons, chemins de traverse, le trail emmène le coureur au contact direct de la nature. Et le Trail des Poilus ne déroge pas à la règle. Il n’emprunte pas ou peu de macadam et surtout il permet de découvrir nos terres d’Artois sous un autre angle. Et quel angle !

Des tranchées, souvent un bourbier, des côtes à n’en plus finir (le dénivelé positif avoisine les 1800 m !), le Trail des Poilus se mue en véritable enfer pour les runners de tous crins.

« Notre force reste d’obtenir les autorisations pour traverser des terrains privés. Cela contribue à l’originalité de notre course. De plus, chaque édition apporte son lot de nouveautés », souligne l’Ablinois Jacky Clément.

S’engager sur un 62 km nécessite des heures de préparation et le jour J, l’adrénaline monte à son paroxysme. Au départ, au château d’Olhain, tous ont hâte d’en découdre et de lâcher les chevaux, comme dit dans le jargon. Alors sur le tracé du trail, on souffre de longues heures durant, on se lie d’amitié avec des compagnons d’infortune, on pense à boire, à s’alimenter, on écoute son organisme, on guette le moindre signal… et surtout on en prend plein les yeux ! Car c’est sur tout cela la magie du trail. La plupart des coureurs n’ont qu’une obsession : terminer, franchir l’arche de fin en respectant les barrières horaires.

« On profite de chaque kilomètre. Même dans le dur, il faut se dire qu’à chaque pas, on se rapproche de la fin. Bref, c’est une affaire de passionnés », lâche Jacky Clément.

Comme son nom l’indique, le trail nous plonge aussi les 2 pieds dans le devoir de mémoire. L’épreuve a, en effet, été créée en hommage aux soldats tombés au cours des combat de la Première Guerre mondiale. Les parcours convergent tous sur un site aussi emblématique que majestueux, un lieu qui nous saisit tous, nous prend aux tripes de par sa dimension émotionnelle. D’ailleurs les organisateurs n’ont pas tergiversés quand il eut s’agit de désigner l’endroit où serait jugée l’arrivée.

« Les Trails sont bercés d’authenticité. Ils sont souvent associés à une histoire, une référence du passé, un sens étymologique. Pour nous, la Première Guerre mondiale représentait une évidence et dès le lancement de l’aventure, notre démarche a été de proposer courir sur les traces des Poilus et de leur rendre hommage. Depuis le début l’arrivée se fait au niveau de la Nécropole de Notre Dame de Lorette, un haut-lieu de la Grande Guerre. Sur la fin des parcours, les coureurs tournent autour ce lieu chargé d’histoire. Forcément pour tous ceux qui franchissent la ligne d’arrivée l’émotion est forte. Il nous semblait incontournable de choisir le sommet de la colline qui accueille la Nécropole, la tour lanterne, la basilique et désormais l’anneau de la Mémoire », souligne Jacky Clément, trailer averti et instigateur de ce rendez-vous qui se déroule tous les 2 ans.

L’édition 2018 sera plus belle encore que la précédente… Les participants peuvent courir en mémoire d’un Poilus… Ils ont pu le mentionner durant leur inscription, comme le confie Jacky Clément.

« Des gens vont participer avec le nom de leur grand-père sur le dossard. D’autres ont choisi un inconnu… C’est une source de motivation supplémentaire. Quand on sait ce que les soldats ont enduré, ça donne de la force pour aller au bout. Nous accueillerons d’ailleurs une délégation de Corses. Ces derniers viennent justement courir sur les traces des corses qui sont tombés à Lorette. Le frisson est garanti. »

Sans conteste, la force des membres l’association Trail des Poilus est cette propension à faire évoluer cette course qui figure dans le top 20 des trails les plus prisés d’Europe. Le plus beau reste donc à venir.

Pour en savoir plus

www.letraildespoilus.fr