INNOVATION - RÉINVENTEZ ENSEMBLE NOS QUARTIERS, NOS VILLES.

INNOVATION – Réinventez ensemble nos quartiers, nos villes.

La politique de la ville dans sa nouvelle forme  accorde une priorité à la participation des habitants.

Ce contexte implique un réinvestissement fort de l’agglomération de Lens Liévin, non seulement pour assurer le portage du futur contrat de ville, mais aussi pour définir et mener un projet de cohé­sion sociale sur l’ensemble du territoire dont la situation sociale justifie une intervention publique renforcée.

La priorité accordée à la participation des habitants justifie d’en faire un axe majeur du projet territorial de cohésion sociale et de valoriser et mutualiser les expériences locales.

LES ORIENTATIONS À CE STADE DE LA DÉMARCHE SONT SUIVANTES

Intervenir de manière globale, coordonnée et renforcée en direction des populations les plus en difficulté

Développer une « offre de service » répartie sur le territoire et accessible à tous

Favoriser l’autonomie, les possibilités de choix et les perspectives de parcours

Articuler plus étroitement les dynamiques de développement de l’agglomération et les ac­tions en direction des quartiers ou des popula­tions « en difficulté »

Placer les habitants au cœur du projet et en faire des acteurs de la transformation du territoire

La co-construction avec les habitants est une pri­orité réaffirmée de la nouvelle politique de la ville.

Au-delà de la concertation sur les projets qui les concernent, la participation des habitants doit aussi favoriser l’exercice de la citoyenneté, dans un contexte où les populations tendent à se désintéresser de la chose publique, et contribuer à la qualification et à la valorisation des habitants.

PREMIERS OBJECTIFS EN MATIÈRE DE RENOUVELLEMENT URBAIN

Comme tout le bassin minier, le territoire est confronté, depuis la fin de l’activité minière à une problématique de crise et de développement qui est essentiellement une problématique de renouvellement urbain : le recyclage d’un modèle urbain dont l’équilibre a été rompu par la perte massive des emplois et des ressources des mineurs.

Depuis 1970, où l’ensemble des cités minières totalisaient plus de 120.000 logements, plus d’un tiers de ce parc a été démoli. Les 70.000 logements restants de ce parc sont répartis sur 563 cités, dont 124 sont maintenant inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le territoire de la CALL reste complètement inscrit dans cette problématique de renouvellement urbain de l’ensemble du territoire et particulièrement des anciennes cités minières.

Le patrimoine minier représente encore un quart du parc total de logements du territoire, et reste la forme urbaine dominante du cœur urbain où il représente encore de 40% à 55% des logements de ses principales communes.

S’AGISSANT DES LOGEMENTS MINIERS, LE PATRIMOINE CLASSÉ PAR L’UNESCO PORTE SUR

124 cités minières, réparties dans environ 70 communes ; environ 27 000 logements, dont : 23 500 logements propriété de Maisons & Cité SOGINORPA, soit 38% du patrimoine global de ce bailleur, 3 500 logements propriété de SIA Habitat, soit plus de 10 % du patrimoine global de ce bailleur.

LES CONDITIONS PARTICULIÈRES DU RENOUVELLEMENT URBAIN SUR CE TERRITOIRE

Ce renouvellement urbain doit être pensé aujourd’hui dans un système d’opportunités et de contraintes très particulier, avec :

un marché immobilier très détendu et très segmenté, avec une prédominance de l’habitat individuel, en stock et dans la demande, que ce soit dans le parc privé comme dans le parc public,

un parc social très particulier (ancien parc « institutionnel » privé des mines) et tellement prééminent que les autres marchés du logement sont plutôt marginaux et peu dynamiques,

des polarisations et des densités urbaines très relatives, avec un cœur urbain étendu et en voie de structuration, plus dense qu’un urbanisme pavillonnaire, mais bien moins dense que l’urbanisme de centre-ville,

la protection patrimoniale de l’habitat ouvrier, avec les cités classées UNESCO, et le potentiel de sa valorisation économique et culturelle qui doit être exploité,

les objectifs et les principes de la rénovation urbaine, à ajuster aux spécificités locales.

L’enjeu est donc bien de créer les conditions de la faisabilité économique pour le développement d’une offre en accession privée dans le cœur urbain. Pour ceci, il faut pouvoir envisager d’agir sur plusieurs éléments :

Sur une maîtrise d’une offre supposée concurrente qui se développe toujours en périphérie en mode d’habitat pavillonnaire péri-urbain (les « lots libres » en lotissements). Cette offre est aujourd’hui concurrente dans la mesure où la trop faible valorisation des aménités urbaines du cœur urbain ne compense pas l’attrait paysager de la « proximité » à la campagne, et les ménages qui en ont le choix préfèrent encore l’isolement péri-urbain (et/ou son entre-soi) à l’enclavement urbain des cités minières.

Sur le développement de ces aménités urbaines du cœur urbain, comme le fait actuellement le territoire avec le développement des transports en commun, des équipements culturels et sportifs et des dynamiques économiques, et avec les premières opérations de rénovations urbaines.

Sur la diversification et la mixité sociale, réelle et perçue, en dé-stigmatisant les quartiers du cœur urbain et notamment les cités minières comme les quartiers d’habitat social. Celles-ci et ceux-ci constituant l’essentiel des quartiers du cœur urbain, il s’agit donc de pouvoir les faire évoluer, faire évoluer leur image comme leur composition sociale.

STRATÉGIE ET PREMIERS OBJECTIFS DU RENOUVELLEMENT URBAIN

Le renouvellement urbain, en accompagnement des politiques foncières et de l’habitat, doit participer au développement du territoire : le positionnement stratégique proposé serait, en tirant partie des réalités économiques et géographiques du territoire, en lien avec les dynamiques métropolitaines qui le traversent, de faire d’une offre urbaine bon marché un facteur d’attractivité pour les ménages et les entreprises.

LA STRATÉGIE DE RENOUVELLEMENT URBAIN EN 3 ÉTAPES

Etape 1 : La situation présente, avec une problématique de développement d’un cœur urbain très peu attractif pour les ménages de type « classe moyenne ».

Etape 2 : Le temps du renouvellement urbain, de l’investissement pour améliorer la situation et mettre fin à la situation de relégation du quartier, de l’investissement pour renouveler le modèle des cités minières, d’abord par l’intervention sur les publics, sur les parcs de logements sociaux et sur les équipements. Dans cette temporalité, il s’agit d’améliorer la situation pour construire justement cette nouvelle attractivité, et le développement de la mixité sociale doit surtout s’envisager par le développement de l’offre et du peuplement (en réhabilitation comme en construction neuve),

Etape 3 : A partir du moment où des quartiers du centre urbain deviennent attractifs pour toutes les trajectoires résidentielles, la programmation et le peuplement permettront la diversification sociale complète, avec une réduction de la proportion de logements sociaux mais par l’augmentation de l’offre et le développement d’un marché privé. Dans cette temporalité, il conviendra de réduire fortement l’offre concurrente en périphérie (lots libres) pour accélérer l’intensification de la structuration du cœur urbain.

LA STRATÉGIE DE RENOUVELLEMENT URBAIN CONSISTE À

Continuer à équiper le territoire, avec l’aménagement en cours de lignes de bus à haut niveau de service (BHNS), le développement de l’université, de la formation, l’aménagement de centres sociaux,

Répondre aux besoins sociaux, accompagner les situations urbaines et les ménages, développer les quartiers populaires, en diversifiant l’occupation du parc social,

Poursuivre la reconstruction de l’image et de l’attractivité du territoire, avec notamment la valorisation patrimoniale, économique, culturelle et touristique des cités minières,

Poursuivre la construction de la centralité urbaine métropolitaine,

Accompagner les bailleurs dans la reconversion architecturale des formes urbaines, transformer le modèle des cités minières,

Apaiser la spécialisation sociale du territoire, en agissant sur la production neuve et les dynamiques en cours,

Diversifier les parcs de logements, par le renouvellement urbain et par la production neuve (accession, locatif privé,…) et en valorisant les qualités des parcs existants, et notamment une offre urbaine bon marché en habitat individuel de centre-ville.