Logement. Le cri d’alarme des élus de l’agglomération et des bailleurs sociaux

Locataires, bailleurs sociaux et communes de l’agglomération, les grands perdants  du projet de loi de finance 2018

Le projet de loi de finance portant sur le volet logement social a provoqué un véritable tollé au sein de l’agglomération de Lens-Liévin.  Les Conseillers communautaires, les maires comme les représentants des entreprises du secteur et les bailleurs sociaux dénoncent la volonté du gouvernement de répercuter la baisse des Apl sur les loyers. Une décision qui entrainerai une forte diminution des programmes dédiés à l’habitat :  rénovation des quartiers, rénovation énergétique, construction de logements neufs, démolition de logements anciens.

Près de 10 000 habitants sont en attente de logement social

Selon les élus, cette volonté de changer les règles en cours de jeu pose directement un problème sur les demandes de logement, le pouvoir d’achat des ménages, la fracture énergétique et sur l’emploi local.  Près de 10 000 habitants sont  en attente de logement, 200 emplois sont directement menacés et une baisse de plus de 30% du chiffre d’affaires des entreprises du bâtiment est à prévoir.
Pour l’agglomération, engagée dans une politique de renouvellement urbain et en faveur du programme REV3, c’est aussi un coup de frein à son développement et à son projet de territoire.  Réunis au siège de la communauté d’agglomération de Lens-Liévin, Sylvain Robert, François Lemaire, Bernard Baude, Alain Bavay,  entourés de Dominique Soyer, de Maisons et Cités et d’Anne-Laure Venel de Pas-de-Calais Habitat, étaient tous unanimes pour dénoncer un projet jugé inacceptable en l’état.

plus d’infos :
lavoixdunord.fr