Culture & vous #1 – Programme de Février

La Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin propose désormais grâce à son service culture & patrimoine, quelques choix de spectacles, de concerts, de diffusions cinématographiques, fait dans la programmation culturelle du territoire ! Sur le territoire, la culture, j’en profite ! Un programme hebdomadaire est même proposé sur Télé Gohelle, « Si on sortait » a retrouver sur telegohelle.fr et sur la page Facebook « Redaction Tele Gohelle ».

 

Vendredi 08 février 2019 à 20h – Espace culturel Jean Ferrat à AVION – Théâtre
PARLEZ-MOI D’AMOUR par le Cirque Farrago
« Aaaaah… l’Amour ! L’Amour, toujours l’Amour ! Il y a ceux qui y croient, ceux qui n’y croient pas, ceux qui n’y croient plus … Il y a ceux qui veulent la passion tous les jours et ceux qui veulent une main à serrer à la fin. Il y a ceux qui cherchent un coup d’un soir, et ceux qui préfèrent les matins. Et puis il y a ceux qui voudraient tout ça à la fois. La majorité, je crois ! Ne vous y trompez pas… Si ce spectacle parle de nous probablement parle-t-il aussi un petit peu de vous ! » Signé : Manu et Meike. Un homme et une femme se rencontrent, se découvrent, s’aiment ! Mais quand s’amenuise l’émoi des premiers mois, comment (ré)concilier envies, attentes, besoins et désirs ? Sur le damier noir et blanc de la cuisine, ils s’interrogent sur le devenir de leur relation, partagés entre l’envie d’être deux (ou 3, ou 4 …) et leur besoin de liberté et d’épanouissement personnel. Acrobatie, voltige, roue cyr et jonglerie se mêlent dans le ballet de ce quotidien qui cherche à se réinventer.

Vendredi 08 février 2019 à 20h30 – Espace culturel Ronny Coutteure de GRENAY – Hip-hop
USURE par Brahim BOUCHELAGHEM
L’usure ou la question de la matière première du danseur : son corps. L’usure paraît être un facteur dégradant : détérioration due à l’usage répété elle évoque l’effacement, l’effritement, la perte et la disparition. Quel impact sur les corps … un épuisement du temps comme facteur de transformation. Comment transcender cette usure annoncée, la transformer en révélation ? Elle serait alors une nouvelle ressource du processus créatif. Brahim Bouchelaghem souhaite aborder le thème de l’usure dans sa dimension fructueuse et bénéfique, à savoir la mesure, la résistance et la persistance : CE QUI RESTE RESISTE !

Samedi 09 février 2019 à 20h – Théâtre Le Colisée à LENS – Musique
DOMINIQUE A
Dominique A a sorti deux disques en 2018, un dyptique en quelque sorte. Ce premier volet «Toute latitude», enregistré en groupe, fait la part belle au rock, à l’électrique et l’électronique. Il est accompagné d’images superbement oniriques, fruit d’une collaboration avec le réalisateur de films d’animations Sébastien Laudenbach, dont « La jeune fille sans main », qui a obtenu le prix du jury au festival international du film d’animation d’Annecy 2016. La critique des inrocks : « ‘Toute latitude’ est tout simplement parfait. Tous les titres sont traversés par la même écriture et la même tension : Celle, humble et précise, qui anime toute l’œuvre de Dominique A, et qu’il a encore réussi à renouveler et magnifier sur ce dernier album qui fixe dès la première écoute. C’est une certitude : Dominique A est encore l’homme qui écrit le mieux dans notre bas pays. Tête haute, toujours ».

Samedi 09 février 2019 à 14h30 – Au FAMILIA à AVION – Cinéma
LAUREL & HARDY CONSCRITS
Stan Laurel et Oliver Hardy hésitent à quitter Paris pour rentrer en Amérique. Hardy est tombé amoureux de Georgette, la fille de leur logeur, et envisage de l’épouser. Ses avances repoussées, il s’engage dans la Légion pour oublier son amour. Laurel l’accompagne bien entendu dans cette expédition, mais la discipline et les exercices conviennent peu aux deux hommes qui décident de s’échapper. La séance sera suivie d’une animation en salle pour petits et grands : Mais pourquoi nous font-ils rire ? : Dans le burlesque, tout est sens dessus dessous : renversement des lois de la physique comme des règles de la morale et de l’autorité dans une mécanique des corps parfaitement orchestrée malgré les apparences … A travers des extraits de films et des jeux visuels et sonores, découvrez l’art de la mise en scène du désordre.


Jeudi 14 février 2019 à 20h – Espace Culturel La Ferme Dupuich à MAZINGARBE – Musique
NIKO de la compagnie Hyperbole à 3 poils en duo avec Alexandre Léauthaud
Depuis qu’il tente, en vain, d’échapper à la pesanteur terrestre, Niko a enfin compris que la seule forme possible de liberté était, pour lui, d’écrire des chansons. « En cinq jours, nous avons voulu retracer une aventure qui dure depuis 8 ans. Une connivence musicale qui nous a entrainés un peu partout en France, dans des salles vides, des salles pleines, des bars avinés, des festivals branchés, des granges, des lieux alternatifs sympas, des espaces culturels froids, l’inverse aussi ! Alors il y a de tout sur ce disque, des anciens morceaux, des inédits, des instrumentaux… La seule chose commune, c’est que tout est joué à deux, comme en concert, à l’identique. Alors c’est un disque à deux voix et quatre mains, à deux accordéons aussi parfois. Deux poumons qui respirent les mêmes chansons ! »

Samedi 16 février 2019 à 15h – Espace culturel La Gare à MERICOURT – Marionnettes (à partir de 7 ans)
SIMONE IS NOT DEAD par la Compagnie De fil et d’os
Le quotidien touchant et drôle de Simone, qui rêve de sa jeunesse. Assise devant la fenêtre avec vue sur la vie, Simone attend et regarde, passive, le temps qui passe… Enfermée dans son corps et dans sa petite chambre de pensionnaire, elle a dû quitter malgré elle la fougue et la liberté dont elle a su jouer jusqu’au bout. Dans son nouveau monde rythmé de calmants aux noms savants servis par une infirmière fidèle, plus
grand-chose ne se passe. Simone trouve pourtant une sortie en se replongeant dans ses souvenirs et son imaginaire. « Il faut rajouter de la vie aux années et non des années à la vie » (proverbe chinois).

Vendredi 22 février 2019 à 20h30- Salle Watrelot à MAZINGARBE – Festival Les Enchanteurs
CHRISTIAN OLIVIER (et Sarah Mikovski)
Ça fait déjà des lustres, des chandelles plutôt, que Christian Olivier oeuvre dans l’art brut, musical et graphique. Avec ses Têtes Raides et ses Chats Pelés, il a batifolé de goualantes stéréo en affiches monochromes, de pochades festives en pochettes foldingues, d’accords en décors, entre instruments caustiques et matériaux hétéroclites. Homme des collectifs, Christian est aussi héros solitaire, quoiqu’entouré. Pour son 3ème album solo il grave de sa voix de rocaille des sillons dans la terre acre de la poésie sociale, de l’amour animal et du quotidien malmené. Et ça foisonne de sons qui résonnent à grands coups de cuivres, de guitares, d’accordéons, de bidouilles sonores, d’accents et de rythmes sudaméricains. Comme toujours, ses chansons sont des histoires à penser debout, à aimer dans toutes les positions et à lutter contre vents et marées. Aux côtés du piano, de l’accordéon et de la guitare de Christian, officient entre autres le groupe néerlandais The Ex et le quatuor à cordes Salad. Un mélange rock et philharmonique à l’image des variations tonales et toniques du disque. Peut-être Ginette sera-t-elle de la partie pour ouvrir le bal des Enchanteurs !
Sarah Mikovski s’amuse des stéréotypes dans un spectacle à la fois amusant, grinçant, étonnant et optimiste. Un clavier vintage pour seul bagage, Sarah Mikovski chante, crie, vibre, se désespère puis finalement jubile en racontant d’adorables mensonges.


Vendredi 22 février 2019 à 19h – Espace culturel La Gare à MERICOURT – Cinégare
« Sing Street » film de John CARNEY.
Dublin, en 1985, Conor Lawlor, un jeune lycéen de 15 ans, est contraint de changer de lycée car ses parents, touchés par la crise économique, n’ont plus d’argent pour payer ses études. Dans ce nouvel établissement, il subit l’ambiance désastreuse du lycée religieux «Synge Street». Inspiré par les groupes mythiques de l’époque tels que The Cure, Duran Duran ou encore A-ha, le jeune garçon forme un groupe de musique avec l’aide de ses nouveaux camarades et de son grand frère Brendan, pour séduire la belle et mystérieuse mannequin Raphina. À voir si vous voulez revisiter la scène rock des eighties. Cette chronique musicale, apporte le meilleur de la nostalgie, avec une bande-son réussie et surtout une histoire ancrée dans un contexte réaliste et vivant. Une comédie sociale et musicale irrésistible, pleine d’énergie et de tendresse !

Jeudi 28 février 2019 à 20h – Théâtre Le Colisée à LENS – Théâtre
HAMLET
Le roi du Danemark est mort … Deux mois ont passé et sa femme Gertrude se remarie avec Claudius, son propre beau-frère ! Le jeune Prince Hamlet, fils de Gertrude et du feu roi, et neveu de Claudius, vit très mal cette situation … Or, au dehors des remparts du château d’Elseneur, apparaît, les nuits de pleine lune, un spectre ! Y aurait-il quelque chose de pourri dans le royaume du Danemark ? Des mots, des mots, des mots… ETRE ou NE PAS ETRE, là sera la question. Un théâtre vif-argent pour cette pièce mythique qui touche le coeur du doute, là où les croyances anciennes vacillent, où le monde se repense comme une solitude alors qu’il est multiple et pas forcément ordonné par une seule foi ! Une version fluide, charnelle et émotionnelle qui fera battre le coeur de chacun.

Visites guidées, salons – PAYS D’ART ET D’HISTOIRE – RENDEZ-VOUS LENS-LIÉVIN
– Du mercredi au dimanche à 14h30 Lens mine d’Art déco
– Tous les dimanches à 15h Notre-Dame-de-Lorette, grand site de la mémoire.

 

La phrase du mois
« Une oisiveté éprise de culture me semble être l’idéal de vie le plus élevé. » Oscar Wilde