Les réserves du Louvre à Liévin – Ouverture prévue pour fin 2019 !

Initiés en 2017, les travaux du gigantesque bâtiment du centre de conservation du Louvre se poursuivent.

À terme, 250 000 œuvres prendront quartier sur le territoire.

Un colosse de 17500 m² – dont 9600 dédiés aux réserves et 1 700 pour plusieurs ateliers dont le plus grand de France pour le traitement des œuvres – est sorti de terre à Liévin, à quelques pas du Louvre-Lens. Il devrait ouvrir au dernier trimestre de cette année. S’en suivront plusieurs années de transferts d’œuvres. Une vingtaine d’agents au total, chargés de l’administration, des déplacements d’œuvres et de la maintenance des lieux y travailleront. Auxquels il faudra ajouter les nombreux prestataires chargés de l’entretien, de la sécurité et du fonctionnement de ce vaisseau amiral.  Véritable œuvre architecturale conçue par les architectes Rogers Stirk Harbour + Partners, cette construction de plein pied épouse parfaitement le terrain naturel. Le groupement de maitrise d’oeuvre (architecte, bureaux d’études technique et environnemental, paysagiste, et économistes) a imaginé un toit végétalisé incliné, comme pour intégrer le bâtiment dans la nature. Et de là-haut, entre les chevalets de Liévin, les terrils de Loos-En-Gohelle et le Stade Bollaert-Delelis, la vue est à couper le souffle.

 

250 000 œuvres y vivront

Le Musée du Louvre Paris se trouvant en bord de Seine, les 250 000 œuvres qui y siègent dans 60 réserves situées en zone inondable doivent être déplacées. Ce centre de conservation du Louvre à Liévin permettra de réunir toutes les collections dans un seul lieu. En plus du stockage des œuvres, ce bâtiment abritera des espaces d’études et des ateliers de traitement qui permettront de travailler sur les collections (dépoussiérage, campagnes photographiques…).. Il s’y déroulera aussi, dans le cadre de programmes spécifiques, des rencontres entre chercheurs et universitaires sous forme de séminaire ou de journées d’étude.

L’architecture du lieu ? À en rester bouche-bée

Hormis cette toiture plantée dans le sol donnant la possibilité de poursuivre la nature sur le toit, cet édifice est un chef d’œuvre d’architecture. Cette toiture végétalisée permet de renforcer l’inertie du bâtiment et donc une meilleure maitrise énergétique, qui aidera à la conservation des œuvres. Une grande façade vitrée du côté de la rue du Docteur Piette permettra d’éclairer naturellement tous les espaces de travail. Autour de cela, l’aménagement paysager viendra en prolongement du parc de Louvre-Lens et intégrera parfaitement le projet d’Arc Vert porté par la collectivité.

 

Sylvain Robert en visite sur le chantier.

Au côté de Sylvain Robert, président de la CALL, Valérie Forey, administratrice générale adjointe du Musée du Louvre.

Ici à Liévin se dessine un nouvel ensemble majestueux et innovant dédié à l’Art et à la recherche. C’est un nouveau chapitre qui s’ouvre pour le Louvre et l’agglomération de Lens-Liévin qui objectivement participe au financement du projet. Relié à la chaîne des parcs, ce nouveau totem vient compléter et confirmer notre action en faveur de la Centralité ; à deux pas du Louvre-Lens et de la Louvre Lens Vallée, à proximité des centre-villes de Liévin et de Lens et des principaux axes de communication. Ce projet contribue lui aussi à changer en profondeur l’image de notre territoire.

Sylvain Robert
Président de l’Agglomération Lens-Liévin