Alerte sécheresse : Pourquoi l’agglomération est-elle concernée « alors qu’il pleut » ?

La France connait la pire période de sécheresse depuis 500 ans. Le déficit de pluviométrie cet hiver a laissé les nappes phréatiques quasiment vides et a accentué cet état de fait.

Ce sont plus de 70 départements qui sont actuellement en niveau de gravité maximale sur l’utilisation de l’eau. L’agglomération de Lens-Liévin n’est pas épargnée alors que la Préfecture du Pas-de-Calais renforce les mesures de restrictions d’eau. Preuve en est avec le dernier arrêté sur les bassins versants de la Lys et Marque Deûle, sur lesquels est située la CALL.

 

  • pour les particuliers et les collectivités, l’arrosage des pelouses, des espaces verts des jardins d’agrément, des espaces sportifs de toute nature et le remplissage des piscines et des étangs sont interdits. Toutefois, l’arrosage des potagers est autorisé entre 20h00 et 8h00.
  • pour les entreprises, l’objectif est de réduire leur consommation d’eau de l’ordre de 20 % ;
  • pour les agriculteurs, l’irrigation est interdite les mardi, jeudi, samedi et dimanche de 10h00 à 19h00.

Notre territoire passe donc du statut « vigilance » au statut « alerte ». Ceci implique des restrictions d’usage de l’eau et notamment :

> La réduction de tous les prélèvements en eau et interdiction des activités impactant les milieux aquatiques. Pour les entreprises, l’objectif est de réduire leur consommation d’eau de l’ordre de 20 % ; pour les agriculteurs, l’irrigation est interdite les mardi, jeudi, samedi et dimanche de 10h00 à 19h00.
> Les restrictions en matière d’arrosage, de remplissage et de vidange des piscines, de lavage de véhicules et d’irrigation de cultures. Pour les particuliers et les collectivités, l’arrosage des pelouses, des espaces verts des jardins d’agrément, des espaces sportifs de toute nature et le remplissage des piscines et des étangs sont interdits. Toutefois, l’arrosage des potagers est autorisé entre 20h00 et 8h00. Le lavage de véhicules est interdit, il est seulement autorisé en station de lavage (récupération des eaux utilisées).

Pourquoi doit-on se restreindre alors que les pluies sont de retour ??

En effet, les précipitations connues ces derniers jours sont les bienvenues, notamment pour la végétation. Mais elles n’ont aucun impact sur la recharge de la nappe. Cette dernière ne s’amorcera qu’à la fin d’année. Néanmoins, les efforts que nous faisons aujourd’hui permettront d’alléger la pression sur nos captages en attendant le début de la recharge.

Cette période nous rappelle et nous incite encore plus à la nécessité d’une gestion sobre sur l’usage de la ressource. Il est de notre devoir de la protéger, de la préserver. Cela est d’autant plus vrai depuis qu’elle a été déclarée bien commun du vivant. Si nous devions connaitre une dégradation de l’état des nappes, les restrictions seraient encore plus impactantes dans notre vie quotidienne.

Notre territoire a su anticiper les ruptures d’alimentation comme en 2019. Les travaux d’investissement que nous avons décidé collectivement et le suivi rigoureux des nos ouvrages ont permis de passer cet été sans difficulté majeure. C’est ce suivi, aussi, qui nous montre que nos ressources sont fortement impactées par ces périodes de sécheresse. Cette tension progresse d’année en année et nécessite une vigilance que nous devons maintenir à long terme. L’Agglo appelle donc à la responsabilité de chacun afin de limiter les consommations en eau et en particulier pour l’arrosage jardins, le nettoyage des façades, des voitures, l’entretien des piscines, etc.

 

Chaque geste compte.

Soumis ou non à des mesures de restrictions, chacun d’entre nous peut adopter les bons réflexes pour économiser l’eau :

Particuliers ?

  • J’évite de laisser couler l’eau ;
  • Je limite les arrosages de mon jardin ;
  • J’utilise mes appareils de lavage à plein ;
  • J’installe des équipements économes en eau.

Agriculteurs ?

  • Je mets en place des tours d’eau pour l’irrigation ;
  • J’utilise un matériel d’irrigation hydro-économe ;
  • Je réduis l’irrigation selon les horaires définis dans les mesures de limitation des prélèvements.

Collectivités ?

  • Je réduis les fuites dans les réseaux de distribution d’eau potable ;
  • J’ai une connaissance détaillée des volumes d’eau consommés pour éviter le gaspillage ou la surconsommation ;
  • Je distribue des kits hydro-économes dans les foyers ;
  • J’optimise l’arrosage des espaces verts et du nettoyage des voieries.

Industriels ?

  • Je recycle certaines eaux de nettoyage ;
  • Je mets en place des circuits fermés ;

L’eau est une ressource rare, alors économisons-la.

 

Quelques chiffres pour illustrer l’impact des gestes d’économie :

>> 10 % d’économie pour un ménage c’est 15 m³ en moins sur une année. Pour les 1 700 000 ménages du Nord – Pas-de-Calais, cela représente 25 millions de m³ : soit 10 000 piscines olympiques ou de quoi irriguer 25 000 ha.
>> Une chasse d’eau qui fuit peut représenter jusqu’à 25 litres par heure, soit 220 m³ d’eau par an. Au prix moyen de 4,6 euros/m³ dans le Nord Pas-de-Calais cela représente 1 012 euros. Une chasse d’eau économique, qu’il s’agisse d’un mécanisme à double chasse préréglée ou d’un mécanisme d’interruption, peut permettre de sauvegarder jusqu’à 65 % d’eau.

 

Sourd ou malentendant ?