Éducation artistique – Un bilan positif malgré la Covid-19.

Pour sa troisième édition, le CLEA (Contrat Local d’Éducation Artistique) qui s’est déroulé du 1er février au 9 juin 2021, a mis l’accent sur le dessin avec notamment la plasticienne Alex Bodea et l’illustratrice Louise de Contes. Simone Découpe a fait découvrir l’univers du découpage, de la fresque et du pochoir. Nicolas Delfort a partagé et mis en valeur la photographie et la vidéo. La compagnie de cultures urbaines Racines Carrées a initié les habitants à la danse hip-hop, à l’écriture rap et au graffiti.

Le Contrat Local d’Éducation Artistique a pour ambition de sensibiliser, faire découvrir et appréhender la création contemporaine au plus grand nombre à travers une approche concrète de l’art. Tourné principalement vers le jeune public, il vise à développer l’esprit critique des jeunes par le biais de rencontres et d’expérimentations avec les artistes.

Le chiffre

2653 personnes
ont rencontré les artistes dans 90 structures : établissements scolaires, clubs de loisirs, médiathèques, Centres d’Animation Jeunesse, centres sociaux, centres de soins ou résidences séniors.

 

Quelques projets

  • Des souvenirs heureux racontés par les habitants de Harnes avec l’intervention de l’illustratrice Louise de Contes

Ce projet d’écriture, de parole et d’illustration a été avant tout l’occasion d’un échange intergénérationnel entre les résidents de l’EHPAD Pierre Mauroy de Harnes et 2 classes de 5ème du collège Hugo. L’artiste a recueilli les souvenirs heureux des personnes âgées et des jeunes. Puis les collégiens ont illustré les récits de leurs ainés et inversement. L’intervention d’une illustratrice a permis la libération de la parole et le développement de l’expression orale et écrite chez les élèves. 

  • Regard sur la parentalité, CAJ d’Hulluch et Nicolas Delfort

Etes-vous prêts à devenir parent ? Etes-vous satisfait de l’éducation que vous avez reçue ? Que conseillerez-vous à des futurs parents ? Avez-vous reçu la même éducation que vos frères et sœurs ? Nicolas Delfort a initié 5 jeunes du CAJ d’Hulluch aux techniques d’interview, au cadrage de la caméra pour qu’ils interrogent des parents, grands-parents et jeunes sur le thème de la parentalité.

La vidéo de réponses a été un point de départ pour lancer un débat-radio auprès des jeunes et de leurs parents.  A partir de réponses intimes d’adolescents et d’adultes, une réflexion a eu lieu, poussant parfois le sujet à des projets concrets à mettre en place… 

 

 

 

    • Des pochoirs pour représenter l’identité de la ville avec Simone Découpe

Les élèves du collège Langevin-Wallon de Grenay, ceux de l’école Condorcet et du collège Zola de Fouquières ont travaillé sur l’identité de leur commune. Accompagné par leur professeur d’arts plastiques, les élèves de 5ème de Grenay ont recherché, dessiné puis peint les empreintes de la ville. Brique, plaques d’égout, parterres, le tout est immortalisé dans une fresque tricolore et géométrique dans l’enceinte du collège. Quant aux élèves fouquiérois, ils étaient ravis de recomposer les emblèmes de la ville. Le résultat trône fièrement dans la cour du collège Zola.

  

  • « Faire société à l’université », notes visuelles des élèves de l’IUT de Lens, de la Faculté de sciences de Lens et de la Faculté de sport de Liévin avec l’artiste Alex Bodea.

Le souhait des professeurs et directeurs des universités était de rassembler et de faire prendre conscience aux étudiants qu’ils font partie d’une même communauté.

Des élèves volontaires ont découvert le « Fact finding », approche de l’artiste plasticienne Alex Bodea qui a guidé les étudiants dans leur visite-observation sur les 3 pôles universitaires. Ensemble, ils ont prêté attention aux objets, aux détails du bâtiment, aux personnes croisées. Ce travail de dessins d’observation est complété par des écrits, le tout révèle le ressenti sensible des étudiants sur leur lieu d’apprentissage.

Le résultat est disponible sur la carte numérique « Remapping Artois University » que chaque étudiant ou personnel encadrant peut compléter : ici

Pour compléter la carte et accéder aux projets d’Alex Bodea, se rendre sur : http://thefactfinder.directory/

Dans le cadre de la résidence CLEA, l’université de sport a également accueilli le vidéaste Nicolas Delfort. Ce dernier a questionné les étudiants de la filière « activité physique adaptée» sur la vulnérabilité. Qui est le plus vulnérable dans la société ? A quel moment s’est-on senti vulnérable ? Qu’est-ce que ce sentiment ou état engendre ?

La cie Racines Carrées a rencontré les élèves de l’option danse. Grâce aux conseils d’une compagnie professionnelle, les étudiants ont pris de l’assurance au fur et à mesure du projet en créant une chorégraphie et un jeu théâtral qu’ils souhaiteraient présenter en public.

 

Véronique Obry, professeure de sport spécialité danse : « Cécile et Nabil de la cie Racines Carrées ont pris le temps de rencontrer nos élèves et les ont tout de suite mis à l’aise. Ils sont partis des points forts de chaque étudiant pour construire avec eux une chorégraphie destinée à être dansée en public. Ils ont appris le processus de création et ont mieux compris le travail de chorégraphe ».

 

  • « Je danse, je danse », film de restitution des ateliers de rencontres entre la Cie de cultures urbaines Racines Carrées, le vidéaste Nicolas Delfort et les patients du SAAS de Vendin-le-Vieil

La compagnie Racines Carrées est intervenue auprès des patients de la Structure Alternative d’Accueil Spécialisé (SAAS) pour leur donner une première approche de la culture hip hop. Le film a le mérite de dresser un portrait intime et spontané de quelques patients.

Olivier Hober, Vendin-le-Vieil, Directeur CCAS et service logement : « Les résidents ont pris plaisir à expérimenter l’expression corporelle et le graffiti avec Nabil. Quelques semaines après, on s’est rendu au Drive culture à Lens pour admirer leur spectacle sur trampoline 9.81. Vraiment merci à chacun. De telles actions me rappellent personnellement pourquoi je fais ce métier. »

 

 

 

 

 

 

 

Sourd ou malentendant ?