La CALL accompagne les nouveaux commerçants

Le programme Objectif Commerces de la CALL accompagne, pendant une année, les commerçants et artisans souhaitant s’installer sur le territoire, à hauteur de 30% du montant du loyer. Rencontres avec deux commerçants ayant bénéficié du dispositif. 

 

Pinocchio Pizza

En décembre 2021, Julien, 31 ans, alors moniteur d’auto-école, décide de retourner à son premier amour : la cuisine et plus particulièrement la pizza. « J’ai un CAP Pâtisserie et une expérience dans le milieu mais après quelques années, je ne m’épanouissais plus dans ce que je faisais, annonce le trentenaire. Je ne pouvais pas rester à rien faire. J’ai fait de l’intérim en usine, puis je suis devenu moniteur d’auto-école. » Mais le week-end, Julien, d’origine italienne, « charbonne » et lance sa pizzeria food-truck. « Il a fallu faire des choix« . En avril 2021, sa femme et lui décident de remettre au goût du jour une ancienne friterie à Billy-Montigny. Nait alors Pinocchio Pizza. « Madame est très importante pour moi, elle m’est d’une grande aide le week-end mais c’est surtout elle qui gère notre business plan, la comptabilité, etc.« , explique le pizzaïolo. C’est « madame » qui dégote une aide auprès de l’Agglo. Jusque décembre 2022, 30% du loyer du local sera pris en charge par la CALL, soit plus de 2200€. « Cette aide nous a permis d’avoir une trésorerie « béton ». Elle nous donne le temps de voir venir« . Une aide qui a sûrement permis à ce commerçant de proposer des produits frais « Tout est fait maison, avec des produits frais et locaux. Par exemple ma mozzarella vient d’un producteur régional. » 

 

Au petit bocal 

Dans son épicerie, située Rue du Maréchal Leclerc à Lens, Maritie prône le zéro déchet et l’alimentation bio. Cette fille de commerçants savait dès son adolescence qu’elle suivrait la tradition familiale. Passionnée d’alimentation bio et adepte d’un mode de vie respectueux de l’environnement, elle lance « Au petit bocal » en septembre 2020. « Alimentaire, hygiène ou entretien, nos produits sont vendus en vrac, explique-t-elle. Nous travaillons essentiellement avec des commerçants régionaux« . Au lancement de son commerce, Maritie découvrait, accompagnée de son agent immobilier, la possibilité d’être aidée par l’Agglo. « C’est un coup de pouce non-négligeable, un allégement des charges à l’ouverture« , poursuit la commerçante. Cet accompagnement lui a permis « d’économiser » près de 5000€ et ainsi développer plus facilement sa boutique. Aujourd’hui, elle peut se permettre d’embaucher une alternante. « J’ai cette volonté de former. Hélène est une apprentie qui vient du SIADEP de Lens, elle m’a rejoint à la rentrée 2021« .

 

En savoir plus sur le dispositif Objectif Commerces

 

 

 

Sourd ou malentendant ?