Loison-sous-Lens : Des panneaux solaires alimentent la station d’épuration

Au total, plus de 1030m² de panneaux photovoltaïques ont été installés au cœur de la STEP (STation d’ÉPuration des eaux usées) de Loison-sous-Lens. Objectif pour l’agglo et son délégataire de service public, Véolia, faire de l’ouvrage un équipement exemplaire en matière d’environnement. 

 

À Loison-sous-Lens, la STEP, la plus importante de l’Agglomération de Lens-Liévin, recueille les eaux usées de 15 communes. Un équipement qui permet de traiter les eaux, puis de les séparer des boues, avant d’être rejetées au milieu naturel ou d’être réutilisées (voir plus bas : « Mise en place du dispositif REUT »).

« Au total, la station consomme plus de 2 millions 800 kw par an », explique Pascal Yvart, ingénieur étude et projets pour Véolia. L’installation de ces panneaux solaires, avec l’appui de Sunelis, fournira 10% de l’énergie totale utilisée pour le fonctionnement de la STEP. « Sur une journée d’Été, en période de faible consommation, ils pourraient même permettre d’assurer la quasi-totalité du fonctionnement de l’équipement », poursuit l’ingénieur. Ces panneaux, de haute qualité et à haut rendement, fonctionnent également en cas de faible luminosité. La production sur une journée peut atteindre les 206 kw, soit le fonctionnement des pompes de recirculation des boues.

Une volonté d’avoir des équipements de plus en plus propres

Des investissements comme celui-ci permettront à l’agglomération d’économiser de l’énergie et donc une meilleure maîtrise des coûts. Hormis l’installation de ce champ, la CALL et Véolia cherchent à réduire autant que possible leur impact environnemental et à améliorer l’efficience énergétique des différents équipements (norme ISO 50 001). Par exemple, en permettant aux industries, collectivités de réutiliser l’eau en sortie de la station d’épuration (dispositif REUT) ou encore, en mettant en place des pompes, plus modernes et moins énergivores.

 

La mise en place du dispositif REUT

« Les équipements sont prêts, il ne manque que quelques détails avant le lancement de REUT« , annonce Pascal Yvart. Le principe ? Simple, basique. L’eau traitée par la station d’épuration sera interceptée avant son rejet au milieu naturel. Traitée une nouvelle fois sur 3 niveaux (sable, chlore et UV), elle sera stockée dans une cuve de 5m3, afin d’être redirigée vers une borne à eau monétique. Ces bornes (en photo : Véolia.fr) permettent aux professionnels, qui utilisent de l’eau en grande quantité, de pouvoir se recharger (exemples : services techniques, agriculture, nettoyage, remplissage, entretien de voiries, curages…). REUT sera dans un premier temps expérimenté par Véolia notamment par les hydrocureurs. À terme, l’arrosage et l’entretien des voiries par les communes, collectivités et entreprises pourrait être envisagé.

 

 

 

 

 

Sourd ou malentendant ?