Petits meurtres (d’Agatha Christie) à l’Hôpital de Lens

Avec le soutien de la région Hauts-de-France et PICTANOVO, son outil de production audiovisuel, l’Agglomération Lens-Liévin (CALL) se positionne pour devenir une terre de tournage audiovisuel.

Grâce à la diversité et à la richesse de son patrimoine culturel, architectural et industriel, notre territoire représente un intérêt pour les producteurs tv, cinématographiques et publicitaires. Entre paysages miniers, héritage de la 1e Guerre Mondiale, Art Déco et sites industriels, l’agglomération de Lens-Liévin ne manque pas d’atouts. La société de production ESCAZAL FILMS ne s’y est pas trompée, et a décidé de faire de l’agglomération le théâtre de la 3e saison des « Petits meurtres d’Agatha Christie ». La série, qui fête cette année ses 11 ans est un succès incontestable réunissant 5,5 millions de spectateurs en moyenne par film.

C’est en présence de : Thierry Daubresse, président du conseil de surveillance de l’hôpital de Lens, Laurent Chiomento, producteur exécutif ESCAZAL FILMS, Sylvain Robert, président de la CALL, qu’a eu lieu la signature du partenariat entre l’hôpital de Lens et la société ESCAZAL FILMS.

Outre le choix de l’hôpital de Lens comme lieu central et récurrent du tournage, la société de production a également décidé la location de 2 entrepôts à Pont-à-Vendin, pour y stocker les meubles et accessoires d’époque et pour construire des éléments de décor. Pour le territoire, à la fierté d’avoir été choisie pour un évènement de si grande ampleur, s’ajoute la promesse de retombées économiques importantes. 16 films de 90 minutes sont prévus pour la saison 3. Les dépenses régionales pour chaque film de ce type avoisinant 750 000€. Enfin, dans une logique d’ouverture aux publics locaux, des avant-premières ainsi que des visites des décors sont envisagées pour les écoles du territoire. Dans l’ambiance joyeuse et colorée du début des années 1970, la saison 3 de la série télé « Les petits meurtres d’Agatha Christie » aura pour cadre l’ex-unité gériatrique de l’hôpital de Lens.

Sourd ou malentendant ?