SIRIUS, centre d’affaires au cœur de Lens

Avec plus de 3500 m², le centre d’affaires SIRIUS dédiés aux activités du secteur tertiaire , dans le quartier des gares de Lens, contribuera à la redynamisation du cœur de la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin (CALL).

Après la construction des 2 premiers lots (Solaris et Prisme) abritant des logements ainsi que les bureaux de pôle emploi et ERDF, SIRIUS complètera le quartier des gares, avant le lancement de la phase 4 qui consistera à bâtir une résidence étudiante. Attribué au groupement NACARAT / KIC, la réalisation de cet immeuble entre dans la politique de soutien de la CALL aux filières d’excellence. L’Agglo a donc acquis la totalité de cet immeuble auprès des promoteurs, un investissement de 9 millions d’€.  « Nous, promoteurs, sommes persuadés que l’arrivée des entreprises dans ce bâtiment SIRIUS dynamisera le quartier et le centre-ville de Lens », affirme Sébastien Beurel, directeur d’Agence Hauts-de-France NACARAT. Débuté en juillet 2018, SIRIUS devrait voir le jour fin 2019.

 

La bâtiment SIRIUS se développe sur 6 niveaux, une surface de 3596m² et 4 terrasses. 36 places de stationnement et un local vélo de 70 places seront disponibles. L’accès principal se ferra par la rue Jean Létienne et l’accès parking via la rue Urbain Cassan.

Un centre-ville en plein développement

La ZAC Centralité accueillera à terme une piscine olympique, un parking de 450 places, un skate park et une ambition d’y installer des commerces qui ne concurrencent pas ceux du centre-ville, dans le secteur de Bollaert. Elle comprend aussi le Quartier des Gares – celui dans lequel se situe SIRIUS -, l’hôtel Louvre-Lens – ouvert depuis décembre dernier -, le lot Zins-Garin – situé rue Alfred Maes sur l’ancien Vélodrome, il accueillera une résidence séniors, une résidence multi-générationnelle, 35 maisons primo-accédant et un collectif de 50 logements en accession libre – ainsi que le lot Apollo – l’ancien cinéma face à la gare de Lens se composera d’un hôtel 3*, d’une centaine de logements et d’un rez-de-chaussée dédié à la restauration. « Le développement économique et plus particulièrement la Centralité, font parti des engagements votés par les élus dans notre projet de territoire, explique Sylvain Robert, président de la Communauté d’Agglomération de Lens-Liévin. Les perspectives sur l’occupation de SIRIUS sont encourageantes . Le professionnalisme démontré par nos équipes dans la préparation de ce dossier a permis d’attirer il y a quelques jours lors d’une réunion de présentation, les principaux promoteurs et investisseurs locaux et régionaux. Sur ce dossier, comme sur les autres axes d’intervention du projet de territoire, mon objectif est clair. Il s’agit de redynamiser notre agglomération , y attirer de nouveaux investisseurs, apporter de nouvelles perspectives à nos habitants, de nouvelles opportunités , de nouveaux marchés à nos entreprises. Nous sommes dans l’action permanente. Et notre projet de territoire demeure notre boussole, notre feuille de route. « .

Vendredi 1er février, Sylvain Robert, président de la CALL, a présenter le projet SIRIUS, lors de la pose de la première pierre, au côté des représentants des promoteurs KIC et NACARAT, ainsi que des vice-présidents de la CALL, André Kuchcinski et Didier Hiel.

Mais, c’est quoi une « ZAC » ?

Une zone d’aménagement concerté ou ZAC est une opération d’aménagement qui résulte d’une initiative publique. Une collectivité décide d’intervenir pour réaliser ou faire réaliser l’aménagement et l’équipement de terrains.

La mise en place d’une zone d’aménagement se fait en plusieurs temps : il faut d’abord définir un périmètre, puis rédiger le dossier de création et enfin rédiger l’acte créant la ZAC. En raison des enjeux urbains, financiers et politiques, des études préalables sont conduites en amont pour mener à bien le projet de ZAC. Sur l’agglomération Lens-Liévin, ces études sont réalisées notamment avec les communes, l’agence d’urbanisme et Euralens. Ces études aident à définir les besoins et les objectifs, et apportent à la CALL qui a pris l’initiative du projet de ZAC une meilleure connaissance des différentes contraintes.

Elles portent sur des thématiques variées : démographie, économie, composantes paysages et architecturales, forces et faiblesses du site, environnement, transport… Elles permettent ainsi de rédiger un diagnostic qui devient le support du futur projet d’aménagement. Pendant toute la durée du projet, habitants, associations locales et autres personnes concernées sont associées dans le cadre de la concertation et l’organisation de réunions publiques.

La collectivité doit également constituer un dossier de création. Ce dossier comprend la faisabilité technique, économique et financière et la procédure choisie pour la réalisation. Il énonce les raisons pour lesquelles le projet a été retenu.  L’acte créant la ZAC permet ainsi de délimiter le périmètre, indique le programme global prévisionnel des constructions à édifier à l’intérieur de la zone.

Sourd ou malentendant ?